NOS PASSIONS

Tous deux anciens profs d’université à Londres, nous optons pour une seconde carrière dans les chambres d’hôtes ; tout d’abord dans le Sussex, et depuis peu dans le parc du Perche, à côté de Bellême, en Normandie.

Roger (prononcez Rodgeur) est un spécialiste du roman, il a travaillé sur Flaubert, Zola, Proust, Joyce et VirginiaWoolf. Il est aussi interprète de conférence.

Marie-Monique , historienne, a travaillé sur la démographie, la Grande Guerre et l’histoire culturelle du XXe siècle

Ayant habité vingt ans dans le quartier Bloomsbury à Londres, et sept ans dans le village de Rodmell, où vécut Virginia Woolf, nous nous sentons très près du groupe de Bloomsbury, dont nous aimons les œuvres et le style de vie.

NOTRE PERIODE : les années 1870-1939

« Belle Epoque », Grande Guerre et entre-deux-guerres ont produit
des styles fascinants

  • le style « troubadour », et le néo-gothique en Angleterre,
  • l’Art Nouveau, et, assez différents, les "Arts & Crafts" en Angleterre,
  • l’Art Déco, en France à partir de 1925, puis dans toute l’Europe.

Tous des styles qui nous sont chers et que vous retrouverez tant dans les chambres d’hôtes que dans les pièces d’accueil. Au départ, quelques meubles de famille, mais, à force de fréquenter les salles de vente, nous avons fini par recréer un cadre totalement "pre-war" : le temps s’est arrêté en 1939, en tout cas, pour ce qui est visible (le confort a ses exigences, et les pompes à chaleur du XXIe siècles sont fort appréciables)

La Mouchère, restée dans la même famille pendant près de 200 ans, a gardé le style de cette époque : c’est un bel exemple de maison de campagne familiale du XIXe siècle, où l’on veut vivre plus confortablement, tout en maintenant un décor traditionnel. Ainsi, dans les années 1870, on remplace les tommettes anciennes, poreuses, par des carreaux de ciments (à motifs neo-gothiques, style William de Morgan). Pour le chauffage, un poêle Alsacien en céramique est installé dans la salle à manger (où il marche toujours), et les cheminées sont dotées de réflecteurs en fonte et de bouches d’air chaud, fabriquées par la fonderie Monduit.

Dans le salon, quatre panneaux de bois peints représentent, un peu naïvement, les quatre merveilles de Saint-Cyr-La –Rosière : le Manoir de l’Angenardière, le Prieuré de Sainte-Gauburge, le village de St-Cyr avec son clocher, et la Mouchère, qui tient à s’affirmer aux côtés des trois autres. Ces œuvres ne sont pas signées mais un membre de la famille Monduit l’attribue à un aieul-artiste, Monsieur Bodin vers 1840.

Au cours des travaux, en retournant à la couche originale de plâtre, poutre, parquet , nous avons souvent vu des graffiti des maçons et charpentiers d’autrefois, qui ont signé et daté leur travail : « j’ai fini ce parqué(sic) en juin 1807 », ou « en septembre 1917, année de la Grande Guerre ». Dans la grange, une signature date de 1759.

LES JARDINS

Dans notre passion pour le jardinage, c’’est la grande paysagiste anglaise Gertrude Jekyll(1843-1932) qui nous a le plus inspirés :

  • Partir des qualités existantes : S’il n’y a à La Mouchère, que peu de fleurs et de « mixed borders » (nous devrons les planter plus tard), il y a par contre des arbres séculaires, de belles dénivellations, des vues à mettre en valeur, des points d’eau, des murets et de jolis petits bâtis de jardin.
  • Faciliter la communication entre maison et jardin en créant de nouvelles ouvertures : deux portes-fenêtres ; l’une sur la façade nord permet aujourd’hui l’arrivée de plain-pied des visiteurs ; l’autre, façade sud, relie enfin la cuisine avec la terrasse, pour les repas et apéritifs.
  • exclure les véhicules de la terrasse et du parc d’agrément : des marches protègent la nouvelle terrasse, et les voitures trouvent le parking sur leur chemin avant d’arriver devant la maison.

Diaporama

Ecureuil sur les lices du pré-verger Chardonneret : il chante et il mange les chenilles Une des chouettes qu'on entend la nuit